L'AMBASSADEUR DU MALI A RONCQ
2015 - L'AMBASSADEUR DU MALI A RONCQ
RONCQ EN METROPOLE
L'AMBASSADEUR DU MALI A RONCQ
Publié le 26-09-2015
Le 30 juin, Vincent Ledoux, Maire et vice-président de la Métropole Européenne de Lille en charge de l'économie, de l'emploi et de la formation, a rencontré son Excellence Cheick Mouctary DIARRA, ambassadeur du Mali en France. Les deux hommes avaient alors échangé ensemble sur les axes de co-développement économique possibles dans le cadre du projet métropolitain de cluster : accompagner les chefs d'entreprise dans le développement de leurs activités en Afrique en contrepartie d'un soutien pédagogique aux étudiants africains par ces mêmes chefs d'entreprise français, le temps de leur mission. Suite à cet entretien, l'ambassadeur du Mali a été invité par Vincent Ledoux à la Maison de quartier « La Marelle » le 26 septembre, en présence d'un aéropage de chefs d'entreprises de tous secteurs (informatique, commerce, TIC…) dont Philippe Laurent, directeur d'Auchan Roncq, de représentants associatifs dont les jeunes de Sélinkégny à Bamako, d'Hubert Ledoux, fondateur du jumelage-coopération « Roncq-Sélinkégny », de Philippe Laurent, directeur d'Auchan Roncq… à l'occasion d'une table ronde conviviale et passionnante. Vincent Ledoux et Cheick Mouctary DIARRA pensent que le co-développement économique est une des solutions aux dramatiques problèmes migratoires dans un contrat gagnant-gagnant. L'ambassadeur malien s'est appuyé sur le monde globalisé d'aujourd'hui pour faire valoir la pertinence des opportunités de développement économique qu'offre son pays. « Le Mali s'ouvre à vous, s'offre à vous », a-t-il insisté face à un auditoire attentif, « nous avons d'énormes potentialités et il faut les fédérer avec les vôtres. N'attendons pas pour retrouver de l'investissement, la France a été le pays colonisateur, cela laisse des traces et creuse des chemins ».Forte croissance, nombreux projetsComme l'a ensuite expliqué son conseiller économique, le Mali, pays de l'Afrique de l'Ouest dont le territoire est trois fois plus étendu que celui de la France pour 15 millions d'habitants, regorge de richesses, que ce soit dans son sous-sol (fer, bauxite, pétrole, uranium…), dans son activité solaire ou dans son agriculture et son industrie agro-alimentaire avec d'innombrables hectares de terres irriguables non exploitées. Les projets abondent : exploitation des mines, construction de centres commerciaux, transports, développement de neuf pôles industriels, construction d'une usine de traitement des déchets… le Mali entend faciliter l'engagement d'investisseurs : pas besoin de partenaires maliens pour développer un projet sur place, même pas besoin de se rendre sur place avec une ambassade prête à jouer les intermédiaires. Et tout un train d'exonérations fiscales est déjà sur pied en fonction des investissements financiers consentis.Les décideurs régionaux venus à cette table ronde ont été séduits par cette volonté opiniâtre d'enclencher des dynamiques. « Nos enfants et nos petits-enfants ont étudié en France, ils sont devenus français avec les mêmes diplômes et les mêmes capacités que les autres Français », a rappelé l'ambassadeur, « ils sont heureux d'être à la fois au Mali et en France ». Comme l'a rappelé Franck Tognini de « Cluster Sénégal », « la croissance est au Mali et la crise en Europe, on a plus besoin de l'Afrique que l'inverse, alors parlons business ». François-Yves Jolibois de la société Jade l'assure tout de go: "j'ai travaillé dans la région de Kayes où il y a un potentiel énorme malgré un climat aride. Comme au Sénégal où nous avons créé un centre de formation professionnelle, nous pouvons travailler sur la formation, la jeunesse malienne n'attend que cela". Nina Muteba, directrice de la Maison de retraite de Roncq, a exprimé avec lyrisme cette passion pour l'Afrique : « l'Afrique vit parce qu'elle a un coeur qui bat très fort ».1200 stylos 600 cahiers, 600 feutres et crayons, 200 ardoises pour les écoliers de SélinkégnyKhalidou KEBE, étudiant appelé à devenir un brillant avocat, incarne mieux que quiconque l'espérance du co-développement franco-malien en l'ayant vécu au travers du jumelage coopération Roncq-Sélinkégny né à la fin des années 80 : « je remercie la Ville de Roncq pour tous les efforts menés depuis 30 ans et la constance de sa générosité. A sélinkégny, on a désormais accès à l'eau potable, à l'éducation. Venez donc investir au Mali, saisissez l'opportunité d'autant que la France y a une place privilégiée. Et s'il y a des emplois en Afrique, on y retournera mais qu'on apporte une solution économique. »Djenneba Keita, Malienne et Adjointe au Développement économique de la Ville de Montreuil (région parisienne), a rappelé combien "le manque d'éducation est la première insécurité en Afrique".  Puis, au cours d'une manifestation autant festive que symbolique, dans la salle de cinéma Gérard-Philipe, Philippe Laurent, directeur d'Auchan Roncq, a orchestré un don de fournitures scolaires pour le Mali : 1200 stylos, 600 cahiers, 600 feutres et crayons et 200 ardoises offerts aux jeunes écoliers de Sélinkégny. Keita Alexandre Issa, metteur en scène, a offert au public qui comptait de nombreux élus roncquois une superbe animation musicale qui a accompagné et rehaussé cet événement, avec notamment une magistrale interprétation de kora par Chérif Soumano. Vincent Ledoux a remis aux uns et aux autres des hippopotames de cristal qui, plus que jamais, étaient porteurs de fraternité et d'amitié. (Texte Patrick Bonte, Photos Thierry Thorel et Patrick Bonte)
+
+
+
+
+
+
+
+
+
© Mairie de Roncq - 18, rue du docteur Galissot CS 30120 59436 Roncq Cedex
Tél. 03 20 25 64 25 - Fax 03 20 25 64 00