LES CM1 ET LES CM2 A VIMY
2018 - LES CM1 ET CM2 A VIMY
JEUNESSE
LES CM1 ET LES CM2 A VIMY
Publié le 08-10-2018
Le 8 octobre, sous un soleil estival, près de 400 enfants de CM1 et de CM2 des écoles privées et publiques roncquoises se sont rendus à Vimy, où les nations canadienne et française s’unirent dans le feu et dans le sang pour défendre leurs valeurs communes de Justice, de Paix, d’Espoir et de Liberté. L’occasion pour Thibault Tellier, Adjoint à l’Action éducative, de rappeler que « la citoyenneté, le devoir de mémoire doivent être des éléments structurants de la politique éducative de la Ville ».La crête de Vimy, haute de 60 mètres et longue de 14 km, surplombe la plaine de Lens et plus globalement le bassin minier. Par beau temps, on peut même voir les tours d’Euralille. C’est dire si le site était stratégique pour les 10 000 Allemands qui tenaient alors cette position durant la Grande Guerre. Début 1916, la crête de Vimy avait déjà coûté la vie à 130 000 soldats français et 20 000 soldats britanniques lors d’attaques infructueuses. Lors de l’assaut d’avril 1917, 5008 soldats canadiens trouvèrent la mort. 60 000 Canadiens furent tués lors de la Grande Guerre, soit 1% de la population de l’époque.« La municipalité a souhaité emmener l’ensemble des CM1 et CM2 visiter ce lieu de mémoire », souligne Thibault Tellier, « en effet, le risque en 2018, c’est qu’on oublie ces centaines de milliers d’hommes qui ont combattu dans ces tranchées pour la défense de la démocratie. L’histoire, ce ne sont pas que des mots, ce sont aussi des situations matérielles, je voulais que les enfants voient de près ce que sont ces trous d’obus, des milliers d’obus tombaient en effet tous les jours sur ces hommes d’une vingtaine d’années ». Et de souhaiter que les enfants impriment et gravent à jamais des images pour perpétuer le souvenir. Là où les pins ont remplacé l’enfer d’il y a un siècle, là où les trous d’obus ont redessiné ces hectares préservés, les enfants ont essayé d’imaginer la mitraille et l’enfer. « Je vois un ciel rougi, des obus partout, cela devait être la peur permanente », témoignent les enfants venus prendre des notes. Ils se souviennent qu’un de leurs aïeux est rentré de cette Grande Guerre pour mourir quelques années plus tard d’une maladie ou de leurs blessures. Le temps de prendre conscience que le Nord-Pas-de-Calais est une terre meurtrie par la 1ère guerre mondiale. (Reportage Patrick Bonte, Laura Desrousseaux et Romane Turpin pour les photos) Un autre reportage sera consacré à la visite du sanctuaire de Notre-Dame-de-Lorette le 15 octobre
+
+
+
+
+
+
+
+
+
© Mairie de Roncq - 18, rue du docteur Galissot CS 30120 59436 Roncq Cedex
Tél. 03 20 25 64 25 - Fax 03 20 25 64 00